La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel

C’est une magnifique histoire d’adoption et d’amour mère-fille, vécue dans une atmosphère émouvante liée à une maladie incurable.

Une rencontre providentielle
Providence est un facteur (bien que le mot factrice existe, elle tient à ce qu’on l’appelle facteur !), qui rencontre Zahera, lors d’un voyage au Maroc. Suite à une crise d’appendicite, elle est admise dans un hôpital de seconde zone de Marrakech où réside Zahera. Elle a 7 ans, elle est orpheline, atteinte de la mucoviscidose et vit à l’hôpital. De cette rencontre naît un attachement très fort, un amour grandissant au fil des visites et une adoption officielle.

L’amour donne des ailes…
Le jour où Providence doit prendre l’avion pour aller chercher Zahera et la ramener à Paris, un volcan islandais se réveille et paralyse le trafic aérien européen. Providence décide de se rendre à Marrakech coûte que coûte.

Un titre amenant un peu de légèreté
D’un style décalé, ce roman est drôle, rocambolesque et très touchant à la fois. Des personnages atypiques et des situations cocasses ponctuent cette histoire triste.

Tous nos clins d’oeil
Notice sur Renouvaud

Ailleurs sur le web :
Société suisse pour la mucoviscidose
Site officiel de Romain Puertolas